Manifeste pour une pensée lente

A en croire une opinion largement partagée, le monde va mal, si tant est d’ailleurs qu’il aille quelque part.

Et chacun de pointer La Cause, sous-entendant ainsi que sa suppression apporterait une solution définitive et miracle au problème :

–          La cupidité des financiers
–          L’incompétence et/ou la corruption des politiciens
–          La richesse qui détruit le sens des valeurs
–          La pauvreté qui conduit à la délinquance
–          L’assistance qui encourage la paresse
–          La règlementation qui étouffe la créativité et la croissance
–          Le libéralisme qui soumet les plus faibles aux plus forts
–          La télévision et Internet qui enferment dans l’individualisme
–          La mondialisation qui permet aux galériens pauvres de voler le pain des galériens riches
–          Le protectionnisme qui ferait l’inverse
–          La crise….
–          Les autres…

Pour paraphraser une célèbre lettre au Congrès de Pataphysique, cela supposerait que l’équation qui lie le monde à son futur est au moins du douzième degré !

Ou peut-être plus concrètement que nombre d’opinions sont rapides, superficielles, guidées par leurs intérêts, la spécialisation de leur regard, la crainte d’exprimer un point de vue personnel ou la vénéneuse séduction des slogans trop simples.

Au mépris de l’histoire qui nous rappelle avec insistance que la barbarie est  fille naturelle des coups de foudre des peuples pour les slogans trop simples.

Alors prenons le temps d’une pensée lente, ou, pour céder aux sirènes du temps, militons pour le « slow thinking ».
C’est, en tous les cas, le choix que nous avons fait pour la conduite de ce blog.

A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.