Tous les articles par gilles meurisse

Russophobe ?

A l’heure où les extrêmes gauches et les nationalistes européens se demandent à haute voix s’il n’est pas inefficace et trop couteux de maintenir les sanctions contre la Russie ou d’armer l’Ukraine, il semble intéressant de se demander ce qu’est vraiment la Russie et quelle attitude on doit adopter à son égard.

Quatre remarques préalables s’imposent :

  • Le pouvoir russe a agressé militairement un pays démocratique, membre de l’ONU, dont il avait garanti l’indépendance et l’intégrité territoriale lors de plusieurs traités[1]. Cette agression a pour objectif avoué une annexion-colonisation de l’Ukraine[2]. Le seul autre exemple des 50 dernières années est la colonisation israélienne des territoires palestiniens[3]. Même les Etats-Unis, pourtant très interventionnistes, n’ont pas osé ce type de colonisation.
  • L’opinion publique russe, marquée par la misère des années 90 largement attribuée au « libéralisme » par le régime actuel, formée à la dissimulation et la prudence par plusieurs siècles de dictature, marquée par l’omniprésence de la violence, reste peu lisible. Rendue paranoïaque et nostalgique d’un empire passé par une réécriture de l’histoire et une propagande totalitaire qui commence dès la maternelle, elle reste pour une large part sensible au concept de « monde russe », et à la réintégration des peuples de l’étranger proche sans pour autant oser exprimer son sentiment réel. La proclamation de «l’invincibilité » russe, « démontrée » par ses victoires sur Napoléon et Hitler est censée convaincre le peuple de son héroïsme et de son éternelle supériorité tout en proclamant qu’aujourd’hui comme hier la Russie est constamment menacée.
  • Le pouvoir russe revenu aux valeurs du stalinisme (patrie, famille, hiérarchie, russification, auxquelles s’ajoute aujourd’hui la religion) encourage et anime depuis une quinzaine d’années la plupart des partis nationalistes occidentaux[4] et finance de nombreux autres partis, tout comme le Komintern[5] de l’URSS animait les partis communistes. Son but avoué est de fracturer l’Occident, et sa méthode est une délégitimation systématique de toute vérité, instillant ainsi dans les populations un soupçon systématique et une porosité accrue aux vérités alternatives.
  • Pour sa défense, l’Ukraine montre son courage qui est immense, mais dépend aussi des armements et du soutien des occidentaux. L’alternative est donc simple, poursuivre et amplifier ce soutien jusqu’à une défaite de l’armée russe, quoi qu’il nous en coute (en pulls supplémentaires ou en sobriété !), ou bien abandonner l’Ukraine aux griffes de la Russie renforçant ainsi son sentiment d’invulnérabilité et l’encourageant à s’attaquer au pays suivant. L’argument prétendant que l’aide occidentale prolonge le conflit ne vise qu’à cacher cette réalité simple.

Continuer la lecture de Russophobe ?

Voyage en Géorgie (Caucase)

Vous trouverez sur ce lien   un album photo commenté  de notre voyage
Pour une meilleure lecture des textes, nous conseillons de consulter cet album plutôt sur PC ou tablette que sur smartphone.

Si vous voyagez de jour, vous aurez peut-être la chance d’une première vue sur la mer Noire et la magnifique chaine du Grand Caucase puis vous atterrirez sans doute à Tbilissi.
Vous serez alors frappés par le splendide spectacle de la ville entre ses collines et son fleuve, les marques persistantes d’une longue présence soviétique mais aussi les innombrables marques d’attachement à l’Europe et à l’Ukraine, la richesse de son patrimoine immédiatement visible…Et ses chiens, omniprésents, imperturbables, qui sont en fait les véritables maîtres de la ville.

Continuer la lecture de Voyage en Géorgie (Caucase)

La Birmanie de drame en drame

Il est des peuples dont le malheur ne doit rien à quelques circonstances naturelles, mais plutôt à la barbarie de quelques hommes et au soutien de fortes dictatures. C’est le cas de la Birmanie.

Une succession de circonstances nous a conduits à y passer quelques jours fin 2019. Si vous n’avez pas eu la chance d’y aller avant le coup d’état qui a refermé le pays, vous trouverez sur le lien suivant, un petit reportage photo sur ce que nous avons perçu d’un pays aussi dur que magnifique.

Si vous n’en connaissez guère que le prix Nobel de « La Dame », le drame des Rohingyas et plus récemment le coup d’état des généraux, voici un rapide résumé de sa triste histoire.

Continuer la lecture de La Birmanie de drame en drame

Le sidérant projet russe contre l’Ukraine

Vous trouverez ci-après une traduction d’un article paru sur le site de l’agence officielle russe RIA Novosti[1]  le 3 avril 2022[2] et écrit par Timofey Sergueïtsev[3], conseiller politique et écrivain russe. La traduction est médiocre mais ne devrait pas vous empêcher de comprendre l’essentiel de ces sidérants propos.

Que doit faire la Russie avec l’Ukraine ?

« En avril de l’année dernière, nous avons écrit sur l’inévitabilité de la dénazification de l’Ukraine. Nous n’avons pas besoin d’une Ukraine Nazie, Banderiste[4], ennemie de la Russie et outil de l’Occident pour la destruction de la Russie. Aujourd’hui, la question de la dénazification est passée au plan pratique.

La dénazification est nécessaire lorsqu’une partie importante du peuple – très probablement la majorité – a été dominée et entraînée par le régime nazi dans sa politique. C’est-à-dire lorsque l’hypothèse « le peuple est bon – le gouvernement est mauvais » ne fonctionne pas. La reconnaissance de ce fait est à la base de la politique de dénazification, de toutes ses mesures, et le fait lui-même en est l’objet.

Continuer la lecture de Le sidérant projet russe contre l’Ukraine

Élections: vous êtes peut-être en colère

Vous êtes peut-être en colère, pour des raisons diverses ; et si vous n’aviez pas choisi l’un des finalistes au premier tour, le choix offert pour ce deuxième tour de scrutin accroit encore votre exaspération, et votre perplexité.

Pour autant, il faut bien choisir et la vie n’est qu’une succession de choix, souvent évidents, quelquefois difficiles, parfois tragiques[1]. Des choix qui parfois conditionnent votre futur…des choix qui faute d’être faits sont souvent des facteurs de ressentiment, voire d’échec.

L’élection de dimanche est l’un de ces choix.

Les candidats rivalisent de promesses, pour les jeunes, les vieux, les ruraux, les urbains…. Et vous savez tous que ces promesses ne sont pas l’essentiel et n’engagent que ceux qui les croient, que l’avenir se chargera sans doute de les rendre impossibles, inutiles ou inefficaces.

Continuer la lecture de Élections: vous êtes peut-être en colère

Guerre en Ukraine, 30e jour

« Liberté et vérité » en Russie

 

– « L’armée russe effectue juste une opération spéciale pour délivrer des millions de personnes d’un génocide et dénazifier l’Ukraine ». Tout autre avis « mensonger » mérite jusqu’à 15 ans de prison.

– La télévision russe diffuse des vues aériennes de Marioupol détruites en expliquant que les nazis ukrainiens détruisent les villes russophones et qu’il y aura beaucoup de victimes civiles car ces mêmes nazis tirent dans le dos des civils qui cherchent à fuir!

– Censure totale des médias et réseaux sociaux qui laissent diffuser une vraie information

– « Notre armée a des ordres très précis de ne pas cibler les civils »[1]

– 13500 manifestants pacifiques en Russie au 10/3/22, 13500 arrestations[2]

Où est le Poutine d’autrefois, mâle emblématique au torse avantageux et aux biceps de légende, sauveur de la Russie, restaurateur de l’ordre et idole fantasmatique universelle de tous les nationalistes et autres nostalgiques ? Usé et isolé par un pouvoir trop fort, il est aujourd’hui un Poutine paranoïaque, hypocondriaque enfermé dans son bunker protégé par d’interminables couloirs de désinfection, tenant à distance ses plus proches collaborateurs, capable de semer la mort partout pour se délivrer de ses obsessions, sorte de Néron sacrifiant la Russie avant sa propre disparition.

Un parcours tristement classique pour tous les « sauveurs du monde »[3].

Continuer la lecture de Guerre en Ukraine, 30e jour

Ukraine, vous perdrez l’honneur et vous aurez la guerre

Un dictateur devenu paranoïaque emporte la Russie, l’Ukraine et le monde dans une spirale sans doute incontrôlable. Un dictateur qui a franchi l’impensable depuis des décennies : une guerre de conquête contre un pays libre qui ne proférait aucune menace.

D’innombrables russes risquent leur vie pour simplement le dire, notamment de nombreux artistes, sportifs, des milliers de scientifiques de haut niveau[2], un million de signataires d’une pétition en ligne, des manifestants (pour la plupart en prison depuis), des activistes internet, des oligarques (c’est un signe nouveau et encourageant) et même le chef des services de renseignements extérieurs russes l’a sous-entendu devant Vladimir Poutine. La solution ne peut venir que de Russie qui doit débarquer ou éliminer son dictateur et choisir un nouveau chef d’état avec qui un dialogue deviendrait possible. Mais l’étau sur la population rend l’opération difficile. Seuls des proches du dictateur, conscients de l’abîme qui s’ouvre et soucieux de leur propre avenir, pourraient et doivent réussir. L’effet des sanctions pourrait les encourager.

Continuer la lecture de Ukraine, vous perdrez l’honneur et vous aurez la guerre

Poutine, séduction ou viol

Si certains cherchent à séduire ceux ou celles qu’ils veulent convaincre ou posséder, quelques psychopathes préfèrent le viol, incapables d’imaginer une volonté ou un sentiment légitime opposé aux leurs. Vladimir Poutine a choisi le viol.

Formé par le KGB, il n’imagine pas un instant que les peuples puissent avoir une voix, des désirs, des souhaits, une volonté.

Formé dans une URSS qui a utilisé la violence contre tous les peuples qu’elle avait soumis (dont le sien) et qui voulaient un peu de liberté, il oublie ou réécrit l’histoire : conquête de l’Ukraine incorporée à l’URSS en 1922,  organisation méthodique de la grande famine de 1932-1933 qui fit entre 2.5 et 5 millions de morts en Ukraine et 1.5 au Kazakhstan , purges de 1937[1], pacte germano-soviétique avec Hitler en 1939 se partageant (sans l’avis des nations concernées) la Pologne[2], la Finlande, et les pays baltes.

Continuer la lecture de Poutine, séduction ou viol

Bonne année 2022

Vous pouvez faire défiler les diapositives du diaporama en cliquant sur chaque diapositive.

Vous pouvez également visualiser le diaporama en plein écran (symbole en bas à droite de l’écran). Le démarrage de l’affichage en plein écran demande un petit délai dépendant de votre ligne internet.