Archives de catégorie : un regard citoyen

Élections, le risque de l’optimisme ?

On peut concevoir pourquoi certains ont voté pour la droite : une recherche d’efficacité, de rigueur, de liberté économique, de remise en ordre des finances publiques, de restauration de la responsabilité individuelle et du courage, même si l’on peut regretter que ce soit au détriment la justice sociale.
On peut concevoir pourquoi certains ont voté pour le socialisme : une idée de justice, d’égalité, de liberté sociétale, de générosité, de collectif, d’un État juste contrôlant les pulsions égocentriques de chacun, même si l’on peut regretter que ce soit au détriment de l’efficacité. Continuer la lecture de Élections, le risque de l’optimisme ?

La démocratie c’est quand on gagne

Onze candidats ont choisi de tenter de convaincre le peuple français en participant à des élections dont ils ont accepté les règles.
A l’issue d’un scrutin dont aucun n’a dénoncé quelque irrégularité significative, le peuple français s’est exprimé.
Il a éliminé la droite de gouvernement parce qu’elle avait oublié que l’efficacité économique ne peut se construire sans un peu de justice sociale.
Il a éliminé les gauches parce qu’elles avaient oublié que la justice sociale ne peut se construire sans un minimum de réalisme et d’efficacité économique.
Il a éliminé les deux parce que toutes s’enfermaient dans des querelles internes intolérables plutôt que de s’intéresser aux problèmes réels. Continuer la lecture de La démocratie c’est quand on gagne

Fillon, quand un scandale peut en cacher un autre

Fin janvier, à moins de trois mois des élections présidentielles, après la clôture des différentes primaires, des révélations indiquent que François Fillon aurait salarié son épouse et ses enfants dans des emplois présumés fictifs entre 1998 et 2014. La justice ou l’histoire établiront si ces faits sont exacts, le droit dira s’ils sont légaux. S’ils sont réels et illégaux, souhaitons que la justice les sanctionne. S’ils sont réels, mais légaux, ils sont moralement inadmissibles. S’ils sont faux….
Mais il est un aspect de l’affaire que les médias n’abordent pas.

Continuer la lecture de Fillon, quand un scandale peut en cacher un autre

Vers une domestication de l’homme ?

Depuis l’origine de l’histoire, des élites dominent les peuples par la contrainte, physique, légale, religieuse, économique, médiatique ou autre…contrainte souvent tolérée au titre des avantages induits, du poids de la tradition, voire même de la simple fatalité.

Et chaque fois que cette domination rend la situation intolérable à une partie des peuples, des révoltes ou des révolutions la font évoluer vers…un nouveau type de contraintes [1]!

Aujourd’hui, la prétendue égalité des chances et la démocratie imputent aux mérites de chacun sa propre situation[2]. Toute idée de domination, de contrainte ou d’inégalité devient donc inadmissible et chacun, indéfiniment insatisfait d’un sort toujours injuste à ses yeux[3], n’en finit pas de maudire les élites du moment coupables de sous-valoriser ses vertus. Continuer la lecture de Vers une domestication de l’homme ?

Plaidoyer pour une utopie constructive

Depuis 30 ans, la France va de plus en plus mal. Sa voix s’éteint, son économie s’étiole, son école recule, son moral s’effondre. Même les plus désespérés des réfugiés d’un ancien protectorat français refusent de demander l’asile dans un pays aussi déprimant et l’on voit dans certaines compagnies aériennes africaines d’amusantes publicités attendant avec gourmandise le jour prochain où l’homme blanc émigrera vers l’Afrique ! Une candidate à la primaire américaine, pourtant démocrate, réfutait péremptoirement son adversaire d’un méprisant « nous ne sommes pas la France » et nos voisins les plus proches regardent avec tristesse ce que nous sommes devenus. Continuer la lecture de Plaidoyer pour une utopie constructive

L’entreprise au cœur de nos choix de société

Aujourd’hui, l’entreprise est au cœur des préoccupations de chacun, glorifiée ou honnie, objet d’attentions ou de luttes, espoir du monde ou fossoyeuse de la planète. Mais en fait qu’est-ce qu’une entreprise et en quoi est-elle porteuse ou non de choix de sociétés profonds ?

Ayant constaté auprès de nombreuses générations d’étudiants que ces principes de base de notre société n’étaient pas connus, nous allons faire dans la première partie de cet article un exposé assez didactique avant de revenir à des réflexions plus générales dans la deuxième partie. Mille pardons aux experts et à ceux qui savent déjà tout cela, de leur proposer ce rappel et les inévitables simplifications nécessaires à sa compréhension. Continuer la lecture de L’entreprise au cœur de nos choix de société

Vers une entreprise barbare ?

Virtualisation des actionnaires

Cupidité des courtisans

 

Il est incontestable que, depuis des siècles, l’entreprise est au cœur de la production de richesses, et que les succès des entreprises ont amélioré de manière considérable les conditions de vie de nos sociétés, occidentales dans un premier temps, et de nombreux autres pays plus récemment. Chacun peut mesurer ce que notre existence doit à la longue chaine d’entrepreneurs et d’inventeurs qui l’ont façonnée, ce que nos structures étatiques, nos systèmes sociaux, culturels, d’éducation, doivent à la productivité croissante des entreprises. Chacun peut d’ailleurs mesurer l’énergie que mettent des milliards d’humains à tenter de nous rejoindre[1].

Mais, comme nous l’avons vu, cet inéluctable progrès a profondément modifié nos comportements . Au-delà de ce constat, nous voudrions examiner ici ses conséquences au sein même de l’entreprise.

Continuer la lecture de Vers une entreprise barbare ?

Je suis Charlie….Mais pas que…..

Mercredi, la barbarie a surgi dans notre quotidien. Une barbarie qui a massacré sauvagement des femmes et des hommes qui bravaient courageusement depuis des années un danger qu’ils assumaient. Dessinateurs, policiers, agents de surveillance ou autres, ils sont aujourd’hui, ce que furent il y a 70 ans les résistants: des héros qui ont choisi,  au péril de leur confort, de leur famille, de leur peur quotidienne et de leur existence, de défendre sans concessions les valeurs de liberté qui les animaient. Même si, comme il y a 70 ans, on peut avoir des réserves sur certains moyens employés. Continuer la lecture de Je suis Charlie….Mais pas que…..

Vers des medias libres et responsables ?

 

Vers des medias libres et responsables ?

L’histoire

Dès 1836, Emile Girardin, fondateur du Petit Journal  proclame : « En France, l’industrie du journalisme repose sur une base essentiellement fausse, c’est-à-dire plus sur les abonnements que sur les annonces. Il serait désirable que ce fût le contraire. Les rédacteurs d’un journal ont d’autant moins de liberté de s’exprimer que son existence est plus directement soumise au despotisme étroit de l’abonné, qui permet rarement qu’on s’écarte de ce qu’il s’est habitué à considérer comme des articles de foi[i][]». Deux siècles après la création de la Gazette (1631), la presse moderne nait ainsi sous des préceptes clairs. L’explosion des moyens techniques d’impression et de diffusion, les progrès de l’éducation qui créent de nouveaux lecteurs, la baisse des tarifs pour conquérir un plus large public, et les lois sur la liberté de la presse font le reste : de 70000 exemplaires à la veille de la Révolution, le tirage quotidien passe à plus de 10 000 000 d’exemplaires à la veille de 1914. Une manne qui attire financiers et aventuriers. Et ceux-ci comprennent vite qu’une presse fondée sur la publicité, ne libère pas de la contrainte du lecteur : il y a plus d’un siècle, l’information spectacle nait ainsi de la double nécessité d’attirer le lecteur pour augmenter les tarifs de la publicité, sans pour autant déplaire aux annonceurs ni aux propriétaires. Continuer la lecture de Vers des medias libres et responsables ?