Quelques mots à propos de Claude, Daniel Vermot-Gaud

J’interviens ici comme diacre permanent de L’Église catholique et comme vétérinaire praticien de l’Orne et ami de Claude : ces divers  aspects sont fortement mêlés. Et je souhaite les partager avec vous qui êtes venus rendre hommage à Claude Meurisse et entourer sa famille.

Il faut dire que parmi mes confrères il n’y en a sans doute pas beaucoup avec lequel les liens furent aussi forts et durables. Notre confraternité s’est progressivement transformée en amitié respectueuse sur une durée de 50 ans. Une amitié qui était partagée par nos épouses car Odette était très présente aux cotés de Claude. Il l’entoura d’une affection sans faille jusqu’au bout. Malgré son décès Odette est restée bien présente dans les pensées de Claude qui d’ailleurs ne quitta pas leur maison…où celui ci vous servait le thé avec un rituel resté intact au fil du temps.

Il faut dire que Claude était exigeant pour lui même et pour les autres (comme le sacro-saint respect des horaires par exemple). Il était de ces hommes que l’on souhaitait ne pas décevoir : nous savions pouvoir compter sur lui comme il comptait sur nous !

Curieux de tout il suivait l’actualité et utilisait les médias modernes pour communiquer comme internet ; son appareil photo ne le quittait pas. Certes plus récemment son opinion était quelque peu désabusée sur les évolutions sociétales mais cela ne l’empêchait pas d’aller de l’avant avec toute l’énergie que nous lui connaissions et peut être même que nous lui envions parfois.

Mais je souhaite surtout rendre hommage au vétérinaire en mon nom et au nom de  toute la profession vétérinaire. Je veux saluer l’engagement de Claude et d’Odette au service de cette profession d’abord comme praticien ici à Bellême pendant près de 40 ans (voir l’intervention de Gilbert Adeline) mais aussi comme président du syndicat vétérinaire de l’Orne de nombreuses années (fonction à laquelle je lui  succéderai). Plusieurs confrères de l’Orne sont présents.  Il fut aussi un membre actif du syndicat régional et trésorier du syndicat national des vétérinaires.

S’il défendait vigoureusement la profession il le faisait avec le souci de collaborer avec les divers interlocuteurs du monde rural.  A ce titre, à une époque où cela n’allait pas du tout de soi (nous sommes dans les années 50/60), il participera à l’élaboration et la réalisation sur le terrain des plans de prophylaxie des maladies des animaux comme l’éradication de la tuberculose, de la brucellose, et la lutte contre la fièvre aphteuse etc.

Retraité depuis 1990 il s’impliqua encore  dans l’association des vétérinaires retraités participant à presque toutes les activités proposées  avec toujours autant de passion. Je laisse aux fils de Claude le soin de prendre la suite …

Daniel Vermot-Gaud vétérinaire