Vers des medias libres et responsables ?

 

Vers des medias libres et responsables ?

L’histoire

Dès 1836, Emile Girardin, fondateur du Petit Journal  proclame : « En France, l’industrie du journalisme repose sur une base essentiellement fausse, c’est-à-dire plus sur les abonnements que sur les annonces. Il serait désirable que ce fût le contraire. Les rédacteurs d’un journal ont d’autant moins de liberté de s’exprimer que son existence est plus directement soumise au despotisme étroit de l’abonné, qui permet rarement qu’on s’écarte de ce qu’il s’est habitué à considérer comme des articles de foi[i][]». Deux siècles après la création de la Gazette (1631), la presse moderne nait ainsi sous des préceptes clairs. L’explosion des moyens techniques d’impression et de diffusion, les progrès de l’éducation qui créent de nouveaux lecteurs, la baisse des tarifs pour conquérir un plus large public, et les lois sur la liberté de la presse font le reste : de 70000 exemplaires à la veille de la Révolution, le tirage quotidien passe à plus de 10 000 000 d’exemplaires à la veille de 1914. Une manne qui attire financiers et aventuriers. Et ceux-ci comprennent vite qu’une presse fondée sur la publicité, ne libère pas de la contrainte du lecteur : il y a plus d’un siècle, l’information spectacle nait ainsi de la double nécessité d’attirer le lecteur pour augmenter les tarifs de la publicité, sans pour autant déplaire aux annonceurs ni aux propriétaires.

Au tournant du XXe siècle, de nouveaux concurrents surgissent, les actualités cinématographiques puis la radio[ii] redoutables sur le terrain de l’émotion mais contraignants en termes de lieu et d’horaire pour le cinéma, limités en termes de diversité d’opinion pour une radio largement publique. La presse tire encore à 13 millions d’exemplaires par jour en 1969.

Au début des années 50, la télévision apparait, qui bouleverse le paysage[iii]. C’est une vraie révolution, car la télévision est, au sens propre, fascinante, fixant au domicile, près de 4 heures par jour[iv], des téléspectateurs dont plus de 80% n’ont aucune autre activité en la regardant contrairement aux auditeurs de la radio ou aux lecteurs de journaux.

Très rapidement elle uniformise, plus que l’école, les langages et les cultures. Proposant à chacun des programmes attrayants, accessibles dans l’intimité et le confort de son canapé, elle concurrence lourdement les activités associatives et les spectacles locaux. Répondant à la recherche d’émotions de tous sans nécessiter l’existence du groupe, du faire ensemble ou du voir ensemble,  elle encourage un individualisme qu’elle n’aura cesse de développer. Mais elle ne menace guère la presse écrite, sollicitant peu les budgets publicitaires et limitée dans sa crédibilité par son statut de monopole public étroitement sous contrôle des pouvoirs publics.

La véritable révolution viendra dans les années 1980, de la libéralisation de la publicité télévisée (1982), de la fin du monopole public (1986), des privatisations (1987), de la généralisation de la télécommande qui permet une décision instantanée (fin des années 80) et bien sûr de l’explosion de la TNT (2005)  et  d’internet (200X) qui semble offrir une information illimitée, gratuite et supposée libre.

La guerre de la publicité devient féroce. Le gâteau doit être partagé entre un nombre toujours plus grand de medias et la pression sans cesse croissante d’internet et des télévisions met la presse écrite sous forte tension[v]..

Aujourd’hui la publicité (ou le partenariat !!) est une part essentielle de l’équilibre financier des medias[vi], particulièrement menacé pour la presse écrite, et de plus en plus concurrentiel pour les télévisions et internet.

Dans cette lutte pour la survie, le premier objectif de l’essentiel des medias est ainsi, plus que jamais, leur chiffre d’affaire, donc leur recette publicitaire, donc leur audience.

Le présent et ses conséquences

Les conséquences sont connues :

-Unes exagérément aguicheuses, voire trompeuses, qui attirent l’acheteur et déçoivent le lecteur provoquant des souches résistantes de lecteurs traités par une augmentation sans fin des doses.

-Rendre compliqué ce qui est simple pour se rendre indispensable. Des analyses et des comparatifs  byzantins, sur des axes souvent discutables, compliquent et dramatisent à l’infini les enjeux du choix  de produits souvent équivalents, justifient des écarts de prix sans fondement entre eux et conduisent les lecteurs à abdiquer toute faculté de jugement et à se lancer dans des achats dont l’usage limité ou l’inutilité rendront ridicule la dithyrambique description qui les a provoqués. Au rythme actuel, seuls les faibles moyens financiers des producteurs nous épargnent l’apparition d’une revue lançant un panégyrique argumenté des sélections parcellaires de poireaux ! S’il n’était érodé pas tant d’artifices, le bon sens du lecteur devrait pourtant être souvent alerté par la troublante promiscuité entre ces comparatifs et les pages de « publi-reportages » voisines.

-Sollicitation permanente du spectateur ou de l’auditeur, par un raccourcissement des séquences, une dramatisation illimitée des faits les plus anodins et une présentation sensationnaliste de la séquence suivante avant chaque coupure publicitaire. Aucune respiration n’est ainsi laissée qui permettrait une once de réflexion ou de recul, le soupçon d’un regard critique ou, risque suprême, la saisie de la télécommande. Dans le domaine de l’information, la hiérarchisation ne se fait, quand elle existe, que sur le potentiel émotionnel de la séquence. Et chacun sait que le summum en ce domaine est toujours atteint par le mystère, c’est-à-dire  les évènements dont ne sait rien et qui peuvent ainsi occuper l’essentiel de l’espace pendant des journées entières. Les sujets sérieux, importants, complexes sont supposés lasser le public. Ils sont donc ignorés ou caricaturés à l’extrême. Et chaque homme politique, chaque responsable associatif ou syndical, chaque patron et chaque « communicant » sait qu’il vaut mieux fournir une séquence aguicheuse et originale aux medias plutôt que de passer stérilement son temps à essayer de traiter les problèmes. Ainsi, la télévision, et les medias en général, ne se contentent pas de réduire la réalité, ils la façonnent, la manipulent et donnent un pouvoir excessif aux groupes de pression capables de rentrer dans leur jeu.

Mais le chiffre d’affaire ne suffit pas à la survie, même s’il est une condition nécessaire. Il faut aussi une marge et le principal moyen d’y parvenir, à chiffre d’affaire donné, est de maitriser les charges, donc principalement les effectifs. Avantage connexe, il n’y a plus besoin de censure ou de contrôle des journalistes, il suffit de limiter leur temps pour éviter qu’ils ne le gaspillent en approfondissant à l’excès leur travail alors que des milliers de gouvernements, d’entreprises, d’associations, de syndicats ou de coordinations, d’officines, d’agents, voire de sites internet plus ou moins sérieux ou parfois de simples rumeurs leur fournissent en toute amitié des séquences toutes prêtes, des études ou des communiqués remarquables,  ou des « petites phrases » sur lesquelles des attaché(e)s de presse complaisant(e)s attirent leur attention. Sans parler des réseaux sociaux, souvent confondus avec l’opinion publique, voire avec la vérité et qui ne sont souvent que des vols d’étourneaux, donnant un instant, lors de leur passage, l’impression qu’ils sont l’univers entier. Si cela ne suffit pas, ces mêmes organismes proposeront des « experts » ou des artistes qui viendront complaisamment exposer avec brio leur point de vue, désintéressé, neutre, informé et compétent. Ainsi, l’essentiel des medias ne construisent pas l’information. Ils se contentent de la diffuser, souvent sans vérification ni recoupement. Et si par hasard, il existe deux versions des évènements (les syndicats-le patronat, la police-les manifestants, la gauche-la droite….) les plus impartiaux des medias se contenteront la plupart du temps de transmettre les deux points de vue, sans recul ni analyse. Le pire est atteint quand « l’analyse » se réduit à un échantillon d’un individu, choisi arbitrairement, interrogé ex abrupto et censé représenter « le peuple » : le micro-trottoir.

Ajoutons que cette urgence des medias et la superficialité qui en découle, leur homogénéité de comportement et souvent de mode de pensée, la crainte qu’un confrère n’ait parlé avant eux, leur sentiment de supériorité dû à l’absence de contrepouvoirs et conduisant à une forte arrogance, les poussent souvent à promouvoir en bandes des opinions aussi péremptoires qu’éphémères. Des opinions que personne ne peut contrer, ou même nuancer, sous peine d’un lynchage généralisé.

Et quand il est trop tard, quand une réalité différente de cette information s’impose, il ne reste plus aux medias qu’à hurler avec les loups, tentant ainsi de faire oublier leur laxisme passé[vii].

Frustrés dans leur rôle de témoin et d’informateurs, nombre de  medias se muent ainsi trop souvent en juges, ou plus exactement en procureurs de flagrants délits qui, faute de temps, de compétences, de données, tournent en dérisions les choix, les décisions, les stratégies de leurs victimes, éludent le fond et les interprètent uniquement en termes de futiles  tactiques opportunistes. Nous verrons dans un autre article les conséquences catastrophiques de cette attitude sur les opinions publiques et les politiques.

Terminons enfin le constat en observant  que la plupart des medias diffusés en France sont contrôlés par des grand groupes industriels ou financiers[viii] ajoutant aux problèmes déjà décrits un double risque de conflit d’intérêt : voir ces médias assurer le service de leurs actionnaires ou leurs actionnaires brandir la puissance de leurs medias pour parvenir à leurs fins.

Les medias ont ainsi perdu de vue leur double vocation première : nous donner les moyens d’exercer en toute connaissance de cause notre rôle de citoyens (et accessoirement de consommateurs !), et nous distraire.

La première sanction est simple, les français n’ont plus confiance dans leurs medias. [ix] Les conséquences sur nos sociétés sont considérables, mais nous y reviendrons dans de prochains articles. Alors que faire ?

Vers des médias libres et responsables ?

Comment trouver une issue alors que la toute-puissance des medias et le corporatisme qu’elle engendre  diabolisent toute recherche de solution en menace contre la liberté de la presse et donc la démocratie ? Oublions les mythes de l’autodiscipline et des codes de déontologie autoproclamés qui n’ont jamais fait leurs preuves. Oublions aussi les lois prétextes, apparemment tatillonnes et réellement inefficaces telles que celles relatives aux temps de paroles (chacun sait qu’un choix habile d’invités et quelques remarques  judicieuses sont plus efficaces qu’un déséquilibre de temps de parole).

Un principe pourrait sans doute nous guider : allier liberté et responsabilité.

Liberté, elle existe pour l’essentiel dans nos démocraties et l’on peut faire confiance aux journalistes pour la défendre, même lorsqu’elle sert de paravent à des pratiques moins avouables.

Responsabilité, le problème est vaste mais l’on pourrait imaginer quelques pistes :

  • Une obligation pour chaque media d’indiquer de manière visible et compréhensible par tous, les principaux actionnaires directs ou indirects avec la liste de leurs autres participations ou activités.
  • Une obligation pour chaque media de publier une liste hiérarchisée de ses revenus par annonceur et de mettre dans chaque article citant ou portant sur un produit, une activité ou une information d’un annonceur ou d’une entreprise liée à un actionnaire, un renvoi à ces listes.
  • Une obligation pour chaque journaliste, consultant ou producteur d’indiquer les revenus ou cadeaux perçus hors des medias qui l’emploient (comme on le fait déjà pour les médecins)
  • Une obligation pour chaque media d’indiquer clairement dans un texte facilement accessible ses choix éditoriaux.
  • Une obligation de distinguer clairement ce qui est citation ou reprise d’un communiqué, dossier, visuel ou texte de presse (avec mention de son origine) et ce qui est information construite et recoupée avec, dans ce cas, une signature du ou des journalistes, indiquant de surcroit s’ils sont pigistes ou salariés.
  • Une distinction claire entre opinion et information avec une obligation sanctionnable de preuve pour les informations importantes.
  • La création d’un organisme de contrôle indépendant, construit par tirage au sort, sur le modèle des jurys d’assise, et disposant de pouvoirs de sanctions réelles et proportionnées pour les manquements à ces obligations.
  • Une saisie automatique, sans plainte des victimes, de cet organisme quand une information importante se révèle fausse (on peut penser à l’affaire Baudis par exemple).Une société démocratique réelle exige certes l’équilibre des pouvoirs et la liberté de la presse, mais elle suppose aussi responsabilité sanctionnable de chacun et symétrie d’information, donc transparence pour reprendre un mot trop galvaudé.

Alors trouvera-t-on des politiques qui aient le courage d’entamer, avec les medias et le public, une démarche courageuse qui crée les conditions d’un véritable contrat de confiance entre tous ? Ce pourrait être l’occasion de montrer que parmi les innombrables hommes politiques, il existe quelques hommes d’état.

[i] cité dans « le duel Carrel-Girardin » de Jean Noël Jeanneney, L’histoire mai 2009

[ii] 500000 postes en 1920, 5.5 millions en 1940 et plus de 10 millions à la fin des années 1950 qui, de surcroit, deviennent mobiles avec le développement de l’autoradio et du « transistor ».

[iii] avec 125000 postes en 1955, 1.3 millions en 1960, 11 millions en 1970

[iv] Durée écoute quotidienne télévision 3h07  en 1965 (IFOP), 3h13 en 2000, 3h47 en 2011 (Médiametrie ),

84,6% des 13 ans et plus n’ont aucune autre activité en regardant la télé (Médiametrie 2012)

[v] En 2011, les 10 milliards d’€ de recettes publicitaires nettes des medias se répartissaient à 33.2% pour la télévision, 17.1% pour Internet, 15.4 pour la presse magazine, 12.1% pour la publicité extérieure (affichage, véhicules, mobilier urbain), 8.4% pour la presse quotidienne,7.5% pour la radio et 5% pour la presse gratuite, 1.1% pour le cinéma, Source BIPE octobre 2012

[vi] 98% du Chiffre d’affaire des chaines privées gratuites en 2011 (CSA), 38% du CA de la presse éditeur en 2012 (47.6 en 1990, 44.8 en 2000), 32% pour la Presse Nationale d’Information Générale et Politique (51.8 en 1990, 50.5 en 2000), 40% pour la Presse Régionale (45.5 en 1990, 44 en 2000), 26.5% pour la Presse Spécialisée Grand  Public (31 en 1990, 31.6 en 2000) (ministère de la Culture). Sur la base d’un indice 100 en 2000 les recettes de publicité en Euros constants étaient en 2012 de 55 pour l’ensemble de la presse éditeur, 36 pour la PNIGP,70 pour PRIGP, 54 pour la PSGP, 29,5 pour les quotidiens nationaux d’information générale et politique montrant ainsi l’effondrement de la publicité pour la presse écrite.

[vii] Voir dans ce même blog http://www.loeilpantois.fr/wordpress/discredit-des-politiques-et-des-medias-reflexions-sur-la-transparence/ et http://www.loeilpantois.fr/wordpress/scandale-de-la-viande-de-cheval-plus-quune-fraude-un-revelateur/ .

[viii] Par exemple : TF1 et Métro pour Bouygues, Paris match, Europe 1, Elle, Journal du Dimanche pour Lagardère, Le Figaro pour Dassault, RTL et M6 pour Bertelsman , L’Express, L’Expansion, Mieux vivre, Coté maisons pour le groupe Roularta, Les Echos pour Arnault, Le Point et Agefi pour Pinault,  Canal+, i-télé et D8 pour Vivendi dont les trois premiers actionnaires sont le groupe Bolloré, Blackrock et la Société Générale, Libération pour Edouard de Rothschild (en cours d’évolution), Le Monde, Courrier International, Télérama, Les Inrockuptibles, la Vie, le Huffington Post et sans doute bientôt le Nouvel Observateur pour Xavier Niel (Iliad), Pierre Bergé et Mathieu Pigasse (Banque Lazard). On peut par ailleurs imaginer que l’audiovisuel public, malgré d’innombrables réformes, n’est pas complètement séparé de pouvoirs politiques qui votent son budget et nomment ceux qui nomment leurs responsables.

[ix] 23% de confiance en décembre 2012 selon le CEVIPOF pour le Conseil économique social et environnemental

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *